CYRILLE

CYRILLE

CHEF DE CHANTIER CHEZ OLICHON DEPUIS 16 ANS

« Dès que je suis arrivé, j’ai été accompagné par Didier Guigo, chef de chantier, qui m’a appris le métier de la voie ferrée et m’a permis d’évoluer. N’étant pas issu de ce milieu, j’ai apprécié qu’on me laisse le temps de découvrir cet univers, sans pression inutile. Par ailleurs, les relations humaines occupent une place importante et, pour cause, comme nous sommes souvent en déplacement, nous vivons ensemble toute l’année, en communauté. En fait, OLICHON, c’est une petite entreprise dans un grand groupe. On se connaît tous. Tout le personnel encadrant et administratif, jusqu’au directeur, Gilles Brouxel, sont très accessibles. Pour toutes ces raisons, je suis toujours là, qui plus est avec de nouvelles perspectives puisque j’ai suivi avec succès la 2e session d’avenir chef de chantier. »

MATHIEU

MATHIEU

AIDE POSEUR EHTP GRANDS PROJETS

« Sans diplôme en poche, je faisais des boulots saisonniers sans grand intérêt. Je me suis porté candidat sur les conseils de Pôle Emploi et j’ai été retenu. Aujourd’hui, je peux dire que j’apprends un vrai métier qui me plaît. Etre en équipe, en pleine nature, au milieu des engins, c’est motivant. Je suis entouré, je pose des questions et on me corrige quand nécessaire. J’espère que ma période d’essai sera concluante. »

STÉPHANE

STÉPHANE

AIDE POSEUR EHTP GRANDS PROJETS

« Jusqu’alors, j’ai fait beaucoup de missions en intérim dans les TP et le milieu agricole. J’ai eu l’occasion de travailler dans la VRD, les enrobés, les canalisations, mais sur des chantiers plus modestes. Là, c’est une autre dimension et les travaux sous circulation demandent une vigilance de tous les instants. J’évolue au sein de plusieurs équipes, les tâches sont variées et ça me plaît. »

ANTOINE

ANTOINE

INGÉNIEUR TRAVAUX TSO, DANS LE GROUPE DEPUIS MAI 2014

« Chaque année, je me rends disponible, je vais sur le stand de NGE au forum de Centrale Supélec, école dont je suis issu, pour parler du Groupe et des possibilités offertes en termes d’emploi. En 2016, j’ai ouvert mon compte sur twitter pour partager mes expériences de terrain d’abord avec mes pairs, mais aussi avec le grand public qui ne connaît en général pas notre activité alors que beaucoup de monde emprunte chaque jour le train. C’est une façon d’offrir une vitrine plus large à nos métiers, de concourir à la notoriété de NGE et de montrer combien nos opérations sont spectaculaires à travers les photos ou les vidéos qui en général attirent sur le web. Quand on est fier de son métier, autant le partager ! »